Comment remédier à un logement énergivore ?

Comment remédier à un logement énergivore ?

Dès le 1er janvier 2023, les logements énergivores seront interdits à la location. En effet, il s’agit de la continuité logique de la loi relative au climat et à l’énergie du 8 novembre 2019. Tous les biens immobiliers appelés les “passoires thermiques”, en d’autres termes les logements à la consommation énergétique excessive marqués par les étiquettes avec la lettre F et la lettre G du diagnostic de performance énergétique (DPE), ne pourront plus faire l’objet d’une vente ou d’une location sur le marché immobilier. Mais rassurez-vous, des aides à la rénovation pour effectuer des travaux visant à améliorer la performance énergétique des biens marqués par ces étiquettes énergétiques ont été mises en place. On vous en dit plus.

Qu’est-ce qu’un logement énergivore ?

Les passoires thermiques

Un logement énergivore, appelé également “passoire thermique”, est un bien immobilier généralement très mal isolé. Le manque d’isolation entraîne directement une consommation excessive d’énergie puisque la chaleur n’est pas conservée correctement au sein des pièces de l’habitation. Par les temps d’hiver, l’air froid a davantage de facilité à rentrer dans la maison ou l’appartement et l’été, l’air frais s’échappe trop rapidement du bien immobilier. Consommant beaucoup trop d’énergie, le logement utilise souvent un système de chauffage trop polluant et peu adapté de nos jours. Il se démarque notamment par une mauvaise répartition énergétique au sein de l’habitation.

Un logement énergivore fait partie des classes les plus mal notées de l’étiquette énergie suite au diagnostic de performance énergétique (DPE). Ces logements trop gourmands en matière d’énergie sont marqués par les lettres E, F et G selon le calcul final de l’échelle de l’étiquette énergie. Le DPE est une expertise complète d’une habitation qui permet de renseigner sur la performance énergétique de celui-ci.

Les logements énergivores, des véritables menaces pour la planète

Les logements énergivores sont les ennemis premiers de la loi relative au climat et à l’énergie du 8 novembre 2019. En effet, l’État dans son élan écologique, refuse de continuer à voir se développer ce genre de logements trop polluants. Ces habitations émettent beaucoup trop d’émissions de gaz à effet de serre et contribuent à fragiliser la couche d’ozone. Elles représentent donc une réelle menace pour la planète. En pleine crise énergétique, alors que les prix flambent, il est plus que jamais impératif de se tourner vers des logements économes et responsables.

La location des logements énergivores : les dates à retenir

L’interdiction de la mise en location des logements énergivores fait l’objet de plusieurs étapes dans le temps. Ainsi, les propriétaires ont une marge de temps plus élevée pour réaliser les travaux nécessaires dans les habitations concernées.

Les dates principales à retenir sont les suivantes :

2023 : interdiction de nouveaux contrats de location pour les biens immobiliers qui consomment plus de 450 kWh/m2/an. La consommation d’énergie est communiquée à la suite de la réalisation du diagnostic de performance énergétique (DPE) d’un logement par un professionnel agréé.

2025 : interdiction de nouveaux contrats de location pour les biens immobiliers marqués par la classe G de l’étiquette énergie du DPE.

2028 : interdiction de nouveaux contrats de location pour les biens immobiliers marqués par la classe F de l’étiquette énergie du DPE.

2034 : interdiction de nouveaux contrats de locations pour les biens immobiliers marqués par la classe E de l’étiquette énergie du DPE.

Ce calendrier concerne tous les biens immobiliers disponibles sur le marché, donc aussi bien les maisons que les appartements. 

Quels sont les travaux à effectuer pour remédier à un logement énergivore ?

Concernant les travaux de rénovation à faire afin d’améliorer la performance énergétique d’un logement, il est fortement recommandé d’effectuer un audit énergétique, en plus du diagnostic de performance énergétique (DPE) afin de mettre en lumière les points de travaux importants. 

Changer l’isolation thermique de l’habitation

Le premier réflexe est de vérifier le système d’isolation thermique, plus particulièrement les matériaux utilisés pour les murs de la pièce et du sol et le type de fenêtres par exemple. Vérifier l’isolation thermique du bien immobilier permettra de réduire efficacement les pertes de chaleur dans la maison ou l’appartement concerné. 

Changer le système de chauffage de l’habitation

Le deuxième réflexe à avoir est de vérifier le système de chauffage du logement pour éventuellement le changer. Il existe aujourd’hui de nombreux systèmes de chauffage qui consomment peu et qui sont très efficaces sur le long terme. Plusieurs aides financières sont mises en place pour vous aider dans ces démarches. Si vous souhaitez changer votre système de chauffage, vous pouvez directement voir avec un professionnel qui saura vous recommander la meilleure solution selon vos besoins en termes de chauffage. 

Quelles sont les aides financières qui existent pour rénover un logement énergivore ?

Afin de rénover un logement énergivore, plusieurs aides ont été mises en place par l’État français. Les factures peuvent être nettement réduites. 

Tout d’abord, repérer son profil sur MaPrimeRénov’

Avant de rentrer dans le détail des aides, il vaut mieux que vous consultiez votre profil sur MaPrimeRénov’ afin de directement vous situer et connaître à peu près votre situation au vu du barème que l’ANAH propose.

Selon le guide MaPrimeRénov’ :

  • les profils bleus sont les profils les plus précaires
  • les profils jaunes sont les profils modestes
  • les profils violets sont les profils intermédiaires
  • les profils roses sont les profils aisés

Pour repérer rapidement votre profil, il faut se fier à votre revenu fiscal de référence, la base prise en compte pour le calcul des profils. 

Une fois que vous connaissez votre profil, le montant des aides sera beaucoup plus simple à calculer.

Les différentes aides financières pour la rénovation de mon bien immobilier

Diverses aides sont disponibles pour vous aider dans vos démarches de travaux visant à améliorer la performance énergétique de votre logement. Les principales sont les suivantes :

  • MaPrimeRénov’ qui est accessible sans condition de ressources, mais est plus ou moins importante selon les ressources ;
  • les aides du dispositif des Certificats d’économie d’énergie, qui sont également accessibles sans condition de ressources, mais variant selon les ressources ;
  • l’éco-prêt à taux zéro (PTZ) ;
  • la TVA réduite à 5,5 % ;
  • les aides spécifiques des collectivités territoriales. Renseignez-vous directement auprès de votre commune.
Logement

Logement

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.