Diagnostic gaz : les anomalies A1

Diagnostic gaz : les anomalies A1

Le diagnostic gaz permet de vérifier les installations raccordées au réseau de gaz de votre ville. Mais également les appareils fixes qui fonctionnent au gaz et les systèmes aux canalisations fixes raccordées à des bouteilles ou des cuves.
Ce diagnostic permet de vérifier l’état du logement et veille à découvrir s’il détient quelques anomalies existantes.

Les types d’anomalies existantes

Lors d’un diagnostic gaz, il existe trois types d’anomalies :

  • A1 : c’est un risque léger. Les travaux qui devront être réalisés ne seront ni obligatoires ni urgents. Le professionnel certifié vous prodiguera des conseils pour vous aider à trouver des solutions.
  • A2 : il y a des risques d’explosion et d’intoxication. Il faudra effectuer des travaux rapidement au risque de perdre toute l’installation déjà établie.
  • DGI : c’est un Danger Grave Immédiat. L’utilisation de l’installation sera formellement interdite. Il faudra attendre une mise en conformité.

Ce diagnostic est obligatoire si votre installation intérieure de gaz date de plus de 15 ans. Il est primordial de le faire réaliser par un professionnel certifié. Car ce dernier, aura la capacité de vous délivrer le document vous permettant de finaliser votre DDT : dossier de diagnostic technique. Et il se pourrait bien qu’il soulève quelques anomalies.

Quatre domaines clés sont analysés :

  • La tuyauterie fixe
  • Le raccordement en gaz des appareils
  • La ventilation des locaux
  • La combustion

Dans un premier temps, le diagnostiqueur vérifiera les points de contrôles relatifs à l’installation et à son environnement, puis les points de contrôles de fonctionnement des appareils installés. Et c’est ainsi qu’il pourra vous dire si votre installation présente quelques anomalies.

L’anomalie type A1

Lors d’un diagnostic gaz, les anomalies de type A1 sont les moins graves. Cela peut être un robinet de commandement absent ou non accessible. Le diagnostiqueur immobilier vous recommandera de faire des modifications lors des prochains travaux prévus dans le logement.

Vous l’aurez donc compris, ces types d’anomalies se règlent de manière rapide et efficace.

Il est vrai qu’aucune anomalie ne devrait être prise à la légère, surtout en pensant au gaz et au danger qu’il peut provoquer. Mais comme expliqué dans l’introduction, l’anomalie de type A1 est la moins grave. La réparation n’est donc pas urgente, mais nécessaire pour ne pas laisser le problème empirer.

On relève trois catégories d’anomalie A1. Le diagnostiqueur utilisera une grille de contrôle détaillée.

Anomalie 8a1

Cette anomalie est mise en avant quand il y a l’absence de robinet de commande. Des travaux d’amélioration sont nécessaires. Si le robinet est manquant, vous serez dans l’incapacité de couper l’alimentation de gaz s’il y a un danger imminent. Car lorsqu’un problème se déclare, il faudra couper l’alimentation générale.

Anomalie 8a2

Cette anomalie déclare que le robinet de commande d’appareil est inaccessible. Il vous sera recommander d’apporter les modifications nécessaires lors d’un prochain plan lors d’une période de travail.

Le risque avec cette anomalie se situe dans son inaccessibilité. En effet, en cas de danger, vous serez dans l’incapacité de couper le gaz. On retrouve souvent cette anomalie à cause du siphon situé derrière un meuble à cuisine.

L’anomalie peut se corriger de façon simple et efficace. On préconise de faire un trou dans le bas de l’armoire de cuisine. Assez grand pour permettre un accès et un fonctionnement faciles du robinet.

Anomalie 8a3

Cette anomalie concerne le RCA. En fait, vous ne pouvez pas manipuler le robinet de commande d’appareil, il ne peut donc ni être activé et ni désactivé.

De manière générale, vous devrez demander de l’aide à des professionnels certifiés.
Les anomalies de type A1 ne sont pas les plus graves, mais elles doivent cependant être réparées. Il vaut mieux une maison aux normes et sans défaut !

 

Logement

Logement

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.